L'EQUATEUR
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter

Accueil > sierra sur > Ingapirca equateur

Retour

Ingapirca, site archéologique inca

 


Se trouvant à 85 km de Cuenca et datant de plus de 500 ans, Ingapirca s’élève à 3 200 m au-dessus du niveau de la mer sur les flancs d’une montagne qui surplombe quelques maisons et de vastes terrains consacrés à l’agriculture et à l’élevage. L’histoire raconte que c’est à Huayna Cápac que revient l’honneur d’avoir construit Ingapirca. Le site archéologique d’Ingapirca fut jadis un lieu remarquable où s’exercèrent à la fois l’influence des Cañaris, des Amérindiens qui vivaient autrefois sur ces terres, et celle des Incas, qui s’y installèrent un peu plus tard. Toutefois, après l’arrivée des Incas, ces lieux furent fortement marqués par leur présence. Bien que ce site archéologique inca ne soit accessible aux touristes que depuis 1966, il fut décrit pour la première fois en 1739 par Charles Marie de La Condamine.

De dimensions modestes, Ingapirca n’en constitue pas moins le témoin muet le plus important de la présence inca en Équateur. Les ruines s’articulent autour d’une plate-forme centrale qui servait probablement de lieu de culte et qui, pour cette raison, est désignée sous le nom de Temple du Soleil. Tout autour se dressent les ruines de nombreux édifices, entre lesquels on peut apercevoir des escaliers et des portes de forme trapézoïdale, typiques de l’architecture inca. En effet, ces portes résistent mieux aux séismes que les formes rectangulaires. Toutes les pierres du site sont si minutieusement agencées les unes contre les autres que les visiteurs croient qu’elles se soutiennent sans aucun liant entre elles. Cependant, en y regardant de près, vous constaterez qu’une substance excessivement mince est placée entre les pierres pour les assembler.

Seul le Temple du Soleil a survécu au poids des années, et l’on peut apprécier l’exceptionnelle solidité de cette construction en remarquant qu’une bonne couche de mortier existe entre les pierres des autres vestiges qui composent ce site aujourd’hui restauré. Tout autour, on a découvert depuis peu les vestiges de sépultures datant de cette époque, et les fouilles qui se poursuivent épisodiquement permettront sans doute d’en découvrir d’autres. Ces ruines font penser à une forteresse militaire ou à un site religieux, mais leur signification réelle échappe encore aux historiens et archéologues qui demeurent perplexes et confus à leur sujet. Celles-ci ne se comparent nullement aux célèbres ruines de Machu Picchu, au Pérou, mais elles enchanteront les amateurs d’histoire et de vieilles pierres.