L'EQUATEUR
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter

Accueil > Blog > Les pantins de Quito, stars du 31 décembre

Retour

Les pantins de Quito, stars du 31 décembre

La tradition à Quito comme dans le reste du pays veut que le 31 décembre à minuit soient brûlés des pantins de papier ou carton. Le pantin est un personnage de 30 à 200 cm de haut rempli de journaux ou de vieux tissus. Il représente un personnage populaire de l’année ou bien quelqu’un que l’on souhaite « oublier ».

Coutume en Equateur

Le 31 décembre, chaque famille, entreprise ou quartier s’organise pour créer les pantins (on peut aujourd’hui facilement les acheter). Les bonhommes en papier attendent leur heure dans un décors représentatif d’un événement de l’année et sont exposés devant les maisons. Après le diner, à minuit, commence le rituel qui visera à brûler la poupée géante en disant adieu à l’année passée pour recevoir la nouvelle année. Cela signifie pour les Equatoriens que l’on laisse derrière nous tout ce qui a été négatif et que l’on se prépare avec une nouvelle énergie pour commencer l’année.

Coutume en Equateur

Chaque pantin porte sa légende ou son testament (rédigé par ceux qui l’ont fait/acheté) dans lequel il hérite de certains biens et vertus qui resteront dans la mémoire. Ce qui permet en réalité de rappeler les moments les plus importants et anecdotiques de l’année.

Coutume en Equateur

Politiciens, sportifs, chanteurs, personnalités de télé ou encore de dessins animés inspirent chaque année l’élaboration de ces pantins aussi appelés « año viejo » (vieille année).
Cette année sont à l’honneur les personnages du Chavo del 8 et Chapullín Colarado d’une série télé comique mais aussi Batman, Bart des Simpsons, et les Minions.

Il est aussi possible de représenter une personne de son entourage familial ou professionnel, car dit-on cela lui porterait chance…