L'EQUATEUR
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter

Accueil > Blog > L’Equateur bannit les sacs plastiques aux Galápagos

Retour

L’Équateur a décidé d’interdire l’usage de sacs et de verres en plastique dans les îles Galapagos

.. en raison de leurs effets néfastes sur l’environnement, ont annoncé les autorités ce jeudi.

L’archipel est la première province équatorienne à décider « d’interdire l’usage des pochettes en plastique » et des verres, a déclaré María Isabel Salvador, présidente du Conseil de gouvernement des Galápagos.

Cette mesure empêchera l’importation, la distribution et la commercialisation dans l’archipel des sacs à poignée qui sont communément fournis dans les supermarchés.

« L’usage moyen de ces sacs est de 15 minutes mais leur décomposition dure 200 ans », explique Viviana de la Rosa, responsable de l’éducation à l’environnement du Parc national des Galapagos.

Chaque année, 4,5 millions de sacs de ce type sont utilisés dans l’archipel.
Les déchets plastiques sont une des principales menaces pour la vie marine. Ils posent un problème supplémentaire aux îles Galapagos, qui n’ont pas la capacité de traiter les résidus solides.

« Il est très difficile de faire sortir tout ce qui entre ici. Et c’est ce type de règlements qui va éviter l’entrée sur l’île de ces produits qui se dégradent si difficilement », ajoute Mme de la Rosa.

Célèbres pour ses tortues géantes et pour avoir inspiré la théorie de l’évolution des espèces au naturaliste britannique Charles Darwin, les Galapagos sont l’un des écosystèmes les plus fragiles de la planète.

Phoques des Galapagos contaminé

Tous les ans, les quelque 27 000 habitants de l’archipel utilisent 4,5 millions de sacs et de vases en plastique.
Beaucoup terminent dans la nature avec des résultats néfastes pour la faune locale. « On a vu des tortues marines manger des bouteilles et des sacs en plastique qu’elles prennent pour des poissons », explique Bryan Mendioloza, volontaire du Parc national.

L’interdiction des plastiques a été annoncée en novembre 2015.
Des milliers de sacs en toile ont alors été distribués aux habitants, généralement favorables à l’initiative.
« Quand on allait dans les supermarchés avant, on vous donnait gratuitement les sacs plastiques. Je crois que c’est une bien meilleure idée que d’emporter ses propres sacs en toile. Galápagos est un archipel que nous devons protéger de tous les détritus, en particulier plastiques qui s’accumulent sur les îles », estime Elena Ponce.

Les produits plastiques seront bloqués sur le continent, dans les ports où sont embarqués les biens et les aliments nécessaires à la population des Galápagos. Mais le gouvernement ne souhaite pas s’arrêter là. « La décision prise par le gouvernement est d’éliminer au niveau national les 8 % de sacs plastiques dans les supermarchés. Le fait de commencer aux Galápagos montre l’importance de préserver un patrimoine naturel de l’humanité qui est la fierté des Equatoriens », assure la ministre de l’Environnement Lorena Tapia.

Oiseaux, baleines et tortues victimes du plastique

Quelque 4,5 millions de sacs et de vaisselle en plastique sont utilisés par les 27.000 habitants des Galápagos chaque année, et 10% se retrouvent dans la nature. Si le préjudice financier est estimé à 500.000 €, les risques écologiques sont considérables : un sac plastique dans l’océan met plus de 400 ans à se décomposer. La faune exceptionnelle présente sur l’archipel en paye le prix fort.

« On a vu des tortues marines manger des bouteilles et des sacs en plastique qu’elles prennent pour des poissons », explique Bryan Mendioloza, volontaire du Parc national.

Tortue contaminée par un sac plastique

Un million et demi d’oiseaux, de baleines et de tortues seraient victimes chaque année des déchets en plastique déversés dans l’océan Pacifique.

L’Equateur ne compte pas s’arrêter aux seules îles Galápagos. Le gouvernement souhaite étendre l’interdiction à l’ensemble du pays et ainsi éliminer, au niveau national, les 8% de sacs plastique dans les supermarchés.