L'EQUATEUR
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter

Accueil > Blog > L’activité du volcan Tungurahua est impressionante

Retour

L’activité du volcan Tungurahua est impressionante

Le volcan Tungurahua, situé dans la cordillère andine de l’Equateur, est de nouveau entré en éruption projetant une grande colonne de cendres haute de 4 km.

Tungarahua depuis le village de Patate

Le Tungurahua, sous surveillance constante, culmine à 5 020 mètres et se trouve à 130 km au sud de la capitale équatorienne

  • Il est l’un des huit volcans actifs de l’Equateur.
  • Situé à cheval entre les provinces de Chimborazo et Tungurahua, il est en éruption depuis le 5 octobre 1999.
  • Son activité éruptive a repris le 28 mai 2010 et connaît depuis fin février 2016 une nouvelle phase explosive.
  • L’Institut Géologique de Prévention des Risques Naturels en Equateur (IGEPN) fait correspondre l’activité avec une rupture du tampon rocheux bloquant la sortie du magma et des gaz, mis en évidence par la chute de « graviers » de différentes couleurs sur les zones de Choglontus et Pillate.

Les mesures de déformation ne sont pas significatives, particulièrement pour les stations situées à la base du volcan, montrant que le volume de magma montant reste petit. La sismicité ne révèle pas non plus une alimentation nouvelle en profondeur, laissant suggérer une intrusion magmatique de plus grand volume.

Cette petite intrusion laisse supposer un scénario probable, pour les 2 à semaines à venir, d’activité continue, caractérisée par des explosions, des émissions de cendres pouvant être momentanément plus intenses, et de petites coulées pyroclastiques limitée à la partie moyenne des flancs du Tungurahua.

La nuit le spectacle est magique : impressionnant et sans risque
Tungarahua en éruption

Le nom Tungurahua est probablement issu du quechua tunguru « gorge » et rahua « brûler ».
Les indigènes de la Sierra le surnomment Mama Tungurahua qui signifie la « mère Tungurahua » en opposition avec le père qui est considéré comme étant le Chimborazo (Taita Chimborazo) dans la culture quechua. Le volcan porte aussi d’autres surnoms tels que le « géant noir », le « colosse » du fait de sa taille imposante et de ses coulées de lave noire.