Nous vous proposons un tour des saveurs du pays, région par région ! Suivez-nous pour découvrir ces différentes spécialités…

 

La cuisine équatorienne est un mélange entre la cuisine précolombienne et les nombreuses influences des régions qui composent ce petit pays.

Région andine : entre 1 700 et 4 000 m d’altitude.

  • Le porc (un produit introduit lors de la conquête et qui constitue aujourd’hui une part importante de l’identité culinaire). On retrouve par exemple beaucoup les Fritadas ou Hornados, qui sont deux manières différentes de cuisiner le cochon. Cela se retrouve souvent dans les marchés ou en extérieur.
  • Les tubercules andins (originaires des Andes, il existe plus de 800 variétés de tubercules en Équateur dont 300 variétés de pommes de terre). Il s’agit donc des pommes de terre, de la yuca (ou manioc)… Le Locro de Papas est une soupe très réputée des Andes, à base de pommes de terre. Un délice à déguster au pied des montagnes !
  • Les fruits (dans la région andine, il existe une grande variété de fruits, tant indigènes que introduits, par exemple dans la vallée de tungurahua) : tomate capuli, pomme emilia, claudia, abridor, golupas, taxo, granadilla, pomme custard, citrouille, sambo.
  • Le maïs et l’importance du grain d’or. C’est un des produits alimentaires les plus consommés dans le pays. Il se cultive et se consomme dans toutes les régions.
  • Et bien-sûr, une spécialité qui ne vous laissera peut-être pas indifférent c’est le cochon-d’inde grillé, ou “cuy” en espagnol ! Vous en verrez de nombreux cuits à la broche dans les Andes. C’est un mets très apprécié dans les villages andins et beaucoup en font même leur propre élevage. On en retrouve aussi beaucoup au Pérou.

L’Amazonie : la région la plus préservée du pays 

  • Les poissons de rivière (poisson-chat, carachama). Par exemple, le Maito est un plat où le poisson cuit dans des feuilles de “bijao” ou de banane sur le feu ou sous la terre avec des pierres chaudes. Retrouvez d’ailleurs nos aventures en Amazonie proche sur cet article de blog.
  • Le thé de Guayusa : c’est une boisson avec un lien ancestral très marqué avec les populations amazoniennes. Elle se prépare avec des feuilles d’arbres natifs de Guayusa auxquelles on ajoute du citron et du sucre (ou de la panela).
  • Fruits amazoniens : Naranjilla, acai, borojó, arazá, guayabilla.
  • L’importance du cacao qui est entre autres, cultivé en Amazonie.

Côte Pacifique : et ses spécialités de la mer

  • La pêche de poissons et de fruits de mer, il y a une grande production et importance de produits tels que les crevettes et le thon. Un des plats les plus populaires est l’Encebollado qui est une soupe de poisson avec des oignons et de la yuca (manioc). Pour info, on dit que cette soupe ferait passer les lendemains de soirée difficiles…
  • Les bananes (vertes, mûres, plantain, banane, banane rouge, etc.). De nombreux plats sont accompagnés de chifles (chips de plantains), de patacones (écrasé de plantains frits). Aussi, le Tigrillo est un plat souvent préparé pour le petit-déjeuner composé d’un écrasé de bananes vertes. C’est délicieux accompagné de fromage et d’oeufs.
  • La coco est présente dans de nombreux plats et notamment l’Encocado qui est une préparation à base de lait de coco. Ce plat peut comporter soit des crevettes, du poisson, du crabe ou autres fruits de mer.

 

  • Le cacao, qui est aussi principalement produit dans cette région.

Les Galapagos : l’archipel enchanté

  • Cette cuisine est similaire à celle de la côte.
  • On retrouve de nombreuses langoustes entre juillet et décembre, qui sont les mois où elles sont pêchées. 

 

La cuisine équatorienne est à l’image de ses paysages, elle est aussi diverse et variée que les régions composant le pays. Elle est aussi liée aux écarts de températures et de climats qui existent.

Nous vous invitons bien sûr à goûter à ces spécialités durant votre parcours dans le pays du centre du monde.