Terra Ecuador » Art & Culture

Art & Culture en Equateur

L’Art et la Culture sont très présents en Equateur. Nous vous présentons ici un panorama très général de la richesse des cultures faisant l’Equateur.

Art moderne

De la période coloniale jusqu’à l’indépendance, la rencontre entre l’art européen et l’art indien donne naissance à l’Ecole de Quito. Elle s’est appliquée à ajouter aux oeuvres religieuses européennes l’expertise des Indiens en sculpture, peinture et usage de l’or.

Une kyrielle de ces oeuvres, témoignages de la richesse de la période, orne encore aujourd’hui les bâtiments et les nombreuses églises de la capitale. Les plus importants représentants de cette école sont Manuel Caspicara Chili, Bernardo Legarda ou encore Miguel de Santiago. Après une période néoclassique au XIXe siècle, le siècle suivant donne naissance au mouvement indigéniste dont les représentants phares sont Eduardo Kingman (1913-1998) et Oswaldo Guayasamín (1919-1999).

Cette génération marque une cassure avec les préoccupations artistiques antérieures. Tous deux issus de l’école des Beaux-Arts de Quito, ils représentèrent pour la première fois dans des peintures les Indiens, dénonçant l’exploitation dont ils étaient victimes et les représentant souvent en situation de souffrance.

De manière générale, Guayasamín s’appuiera fortement sur le cubisme et le surréalisme pour dénoncer l’injustice, les guerres et la folie des hommes.

Art contemporain

L’Equateur n’est sans doute pas une destination majeure pour l’Art Contemporain et Moderne mais si vous êtes amateur de ce domaine, cela peut vous réjouir de savoir qu’il existe des lieux dédiés et de bonne qualité, qui vous permettront de découvrir des artistes surprenants, dont certaines œuvres pourraient vous tenter, d’autant que leurs prix n’ont pas atteint ceux des grands marchés internationaux de l’art.

La biennale d’art contemporain de Cuenca

Cuenca, considérée capitale culturelle du pays, abrite cette biennale qui en est à sa 12ème édition (www.bienaldecuenca.org). Elle a en général lieu de mars à juin. Si vous passez par Cuenca à cette période, cela vaudra la peine de s’y rendre car l’on y retrouve des artistes majeurs latino-américains et internationaux.

Pablo Guayasamín, un artiste moderne équatorien de rang international

Pablo Guayasamín est un nom emblématique et reconnu sur la scène internationale. Nul besoin de le présenter de nouveau. Vous pourrez voir ses œuvres originales à la Fondation qui lui est consacrée (www.guayasamin.org). Sachez aussi que l’une de ses peintures murales est visible au siège de l’UNESCO à Paris. Son style ne peut être confondu.

Le Centre d’Art Contemporain de Quito (CEAC)

Cet ancien hôpital militaire, situé dans le quartier San Juan, a été reconverti de manière remarquable en Centre d’Art Contemporain (www.centrodeartecontemporaneo.gob.ec) en 2008. Les expositions temporaires y sont souvent d’excellente qualité.

musée d'art comtemporains de Quito

Le centre culturel metropolitain de Quito

Ce bâtiment colonial du XVIIème siècle, situé aux côtés du Palais Présidentiel, fut bâti en même temps que la fameuse église jésuite « La Compañía de Jesús » et en fut une dépendance. Ce n’est pas aujourd’hui à proprement parler un musée d’art moderne ou contemporain mais ses expositions temporaires le sont souvent.
Dans tous les cas, monter aux terrasses supérieures du bâtiment ne sera pas une perte de temps car vous aurez une vue imprenable sur les toits des bâtiments anciens et sur la Plaza Grande.

Musée Anthropologique et d’Art Contemporain de Guayaquil (MAAC)

Situé dans le quartier de Las Peñas, ce musée d’architecture moderne fait partie du grand projet citadin du Malecón 2000. Comme nos circuits souvent s’achèvent à Guayaquil, voilà une belle occasion d’achever votre séjour par une note culturelle.

Les galeries privées

On en dénombre une vingtaine dans tout le pays. L’économie équatorienne étant florissante depuis quelques années, le marché de l’art s’est nettement renforcé. Si ce sujet vous intéresse, dîtes-le nous, nous disposons des données concernant la plupart de ces lieux.

musée de Guayaquil - terra ecuador

L’hymne national équatorien par un Français

Né en Corse en 1818, diplômé du conservatoire de musique de Milan et de celui de Vienne, Antonio Neumane s’installe à Guayaquil en 1851. En 1866, il compose la musique de l’hymne national équatorien, sur des paroles de l’écrivain Juan Léon Mera. En 1870, il fonde le Conservatoire national de musique, basé à Quito, dont il fut le premier directeur et qui porte aujourd’hui encore son nom. A l’exception de l’hymne, il ne reste malheureusement rien de ses oeuvres qui brûlèrent lors du gigantesque incendie que connut Guayaquil en 1896.

La littérature

La majorité de la littérature équatorienne reflète d’une part les dissensions politiques et la rivalité entre libéraux et conservateurs et entre la Côte et la Sierra, et d’autre part les injustices vécues par les Indiens et les laissés-pour-compte de la société.

Parmi les principaux auteurs du pays, on peut citer Juan Montalvo (1832-1989). Né à Ambato, démocrate et libéral, il fut très critique des dictateurs de l’époque, en particulier de García Moreno, et développa de nombreux thèmes revendicatifs. Son oeuvre la plus connue est Siete Tratados (1882), qui compare Bolívar à George Washington.

 

Juan Léon Mera (1832-1894), quant à lui, écrivit les paroles de l’hymne national. Essayiste, romancier et poète, son oeuvre de référence est Cumanda (1891), qui dépeint la vie indienne au XIXe siècle.

Le plus important auteur du XXe siècle est sans doute Jorge Icaza (1906-1979). Ecrivain, acteur et diplomate, il dénonça dans ses oeuvres les injustices vécues par les Indiens depuis la conquête espagnole et aborda la situation sociale du début du siècle. Son ouvrage principal reste Huasipungo (1934), dans lequel il raconte le vol de terres fait aux Indiens et le massacre de ceux qui s’y opposent.

Pour aborder la littérature contemporaine, on peut citer Diez cuentistas ecuatorianos (1990), un livre regroupant dix nouvelles écrites par un groupe d’auteurs nés dans les années 1940.
Le poète francophone Alfredo Gangotena a même écrit en français, cet article vous en dira plus.

L’Equateur a été source d’inspiration pour des dessinateurs et fruit de bandes dessinées. La suite en cliquant ici.

La musique

La musique andine est considérée comme la musique traditionnelle du pays et consiste en un mélange d’influences précolombiennes et espagnoles. Elle est pentatonique à l’inverse de nos 8 notes classiques.

Les principaux rythmes sont le sanjuanito, le cachullapi, le yumbo et le danzante. Ces musiques sont majoritairement jouées lors des fêtes religieuses ou des cérémonies, par des groupes de 3 musiciens au moins.

Les instruments de base sont alors le rondador, une petite flûte de bambou, le guarumo, un cuivre, le charango, une petite guitare à cinq cordes doubles aux sonorités aiguës et une percussion au son lourd comme le bombo.

Sur la côte pacifique, d’autres styles de musique se retrouvent, partagés entre les influences espagnoles comme le pasillo ou le pasacalle. Dans la province d’Esmeraldas, les Afro-Equatoriens partagent les musiques issues de la culture noire colombienne, centrées autour du marimba, un gros xylophone en bois, et des percussions : lire notre article sur les marimbas.

On y danse le bambuco, le currulao ou la bomba, aux sonorités très africaines. L’un des meilleurs représentants actuels est Papa Roncón.

Invitation au voyage musical : vibrez au son de notre sélection de musique traditionnelle et actuelle d’Equateur.

Le sport

Les équatoriens sont passionnés par deux sports : l’écua-volley et le football. L’écua-volley n’est pratiqué qu’en Équateur, il s’agit d’une version de volley-ball aménagée par les Équatoriens.
Il se distingue du volley traditionnel par le nombre de joueurs (trois dans chaque équipe au lieu de six), le ballon (un ballon de football le plus souvent) et le style de jeu (la réception et les passes se font avec la paume des deux mains et le smash est remplacé par une passe appuyée de volley classique ; le ballon est simplement poussé vers le camps adverse).
L’écua-volley est présent partout dans le pays et les paris autour des aires de jeux sont fréquents où il est coutume de jouer une somme d’argent qui équivaut au prix d’une boisson pour chaque joueur.

Le football occupe également une place très importante dans la vie des Équatoriens et déchaine de véritables passions populaires. En 2002, l’Équateur dispute sa première phase finale de Coupe du Monde. La seconde participation au Mondial de 2006 a suscité une ferveur inégalée atteignant toutes les couches de la population sans exception.
Les principaux clubs du pays sont le Barcelona et Emelec à Guayaquil et le Nacional et la Liga Deportiva à Quito.

Découvrez l’un des footballeurs les plus emblématiques d’Équateur : Alex Aguinaga.

La culture ou plutôt Les cultures

La Chacana

La Chacana ou croix andine est un très ancien symbole, présent dans toutes les Andes, des temps pré-incaïques à la civilisation inca et qui est aujourd’hui reconnue comme un emblème des Andes. C’est un symbole culturel puissant, omniprésent (vous le verrez souvent répété dans les pièces d’artisanat) qui ne manquera pas de vous intriguer.
Découvrez notre article détaillé sur le sujet : la Chacana.

Les Quipus

Les Quipus sont aussi les vestiges d’une pratique sophistiquée et propre aux peuples andins. Ce sont des cordelettes composées de sous-cordelettes et de noeuds faisant office d’écriture. Découvrez ce système de comptage original en lisant les quipus.

Les peuples d’Equateur

Les peulples d’Equateur sont très nombreux : Kichwa, Awa, Shiwiar, Achuar, Shuar, Sápara, Huaorani, Siona, Secoya, Cofán, Epera, Tsa’chila et Chachi, pour ne citer que les principaux.

Avec ses 15 millions d’habitants, l’Equateur compte treize nationalités indigènes officiellement reconnues depuis 1998.

Découvrez notre article détaillé sur les Peuples d’Equateur

Vous souhaitez en savoir plus sur l’art et la culture en Equateur ? Nous vous invitons à découvrir les articles suivants :

Artisanat

L’artisanat en Equateur L’artisanat en Equateur est l’expression des cultures populaires. Comme beaucoup de pays d’Amerique Latine, l’Equateur a su conserver ses traditions et son savoir-faire ancestral. Que ce soit le fameux panama, symbole de l’Equateur ou un hamac artisanal, vous n’aurez que l’embarras du choix pour ramener un souvenir de ce beau pays.   [...]

Marché d’Otavalo

Marché d’Otavalo : découverte de l’artisanat régional Otavalo est devenu l’un des hauts lieux du tourisme en Équateur, et ce notamment grâce à son marché. En effet, c’est l’un des plus célèbres de toute l’Amérique latine et il attire chaque samedi davantage de touristes et d’Indiens qui cheminent bien avant l’aube, depuis des montagnes plus ou [...]

La Diablada de Píllaro

LA DIABLADA DE PÍLLARO, FÊTE TRADITIONNELLE ÉQUATORIENNE. Par Sergio Soliz À Píllaro, localité d’environ 38000 habitants située à 2800 mètres d’altitude dans la partie centrale de l’Équateur, l’année commence en musique.Des groupes de musiciens et de danseurs, déguisés en diables, se donnent rendez-vous sur la place centrale de la ville, pour une fête qui va [...]

La Fête des Morts

Les couleurs et les saveurs de la Fête des Morts en Équateur Par Julio Pazos Les célébrations du Jour des Morts ont lieu le 2 Novembre de chaque année en Équateur. Avec des racines préhispaniques, ces fêtes constituent une évolution et un mélange avec les traits et les valeurs introduites par l’arrivée des Espagnols et [...]

La Chacana, croix des Andes

La Chacana, la croix des Andes écrit par Nicolas Goronflot   La Chacana ou croix andine est un très ancien symbole, présent dans toutes les Andes, des temps pré-incaïques à la civilisation inca et qui est aujourd’hui reconnue comme un emblème des Andes.  La Chacana incarne la mythologie et le mysticisme traditionnel des populations des [...]

Les fêtes Kichwas

Les fêtes kichwas des Andes, en Equateur Les Kichwas est une communauté d'Indiens d’Equateur, des peuples indigènes qui célèbrent leurs festivités en période de solstices et d'équinoxes. En effet, le calendrier des fêtes traditionnelles dans les Andes est basé sur le cycle du soleil. Il ne s’agit donc pas d’évènements de nature religieuse mais d’évenements liés aux [...]

Terra Ecuador © 2019
WidgetAvisVerifies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici